Hélène a vécu de nombreux traumatismes qui l’ont conduite à un burn-out. Elle a choisi d’écrire pour guérir et aider ceux qui les vivent à s’en sortir. Un livre plein d’espoir et de joie.

Qui es-tu Hélène en quelques mots ?

J’aime me définir comme cultivateur d’enthousiasme. J’ai passé le cap des 50 ans et j’ai appris que la vie nous veut joyeux et en bonne santé ; sinon, cela signifie qu’on n’est pas sur bon chemin. Spinoza l’a très bien dit : “Ce n’est pas parce que je réussis que je suis joyeux mais parce que je suis joyeux que je réussis.” Si je suis en joie, je suis sur ma voie. La joie est ma boussole.

C’est elle qui m’a guidée à travers toutes mes épreuves : un burn-out, puis une opération pour une tumeur au cerveau, heureusement bénigne et d’autres épisodes qui m’ont fait vivre un coma.

Parle-nous de ton livre

Je fonctionne toujours en mode projet. Pour ma convalescence après mon burn-out, j’ai fait pareil : j’avais besoin d’un objectif concret, d’un projet à finir pour marquer ma guérison complète. Assez naturellement s’est imposée l’idée d’un livre. 

Il est sorti en avril 2018 : Burn-out : Hum ! C’est donc à ce point ? – Carnet de voyage (retour) en Burnoutie.

Le sujet s’est imposé de lui-même. Il existe des livres sur ce qu’est le burn-out et comment l’éviter mais, à l’époque, je n’en avais pas trouvé qui aiderait à s’en sortir. Et puis, je me suis rendu compte que mon entourage était tout aussi déconcerté que moi par ce qui m’arrivait, j’avais envie de partager les réponses que j’avais trouvées.

Depuis combien de temps avais-tu envie d’écrire un livre ?

Écrire était un rêve d’enfant. En tenant entre les mains mon livre, un souvenir important m’est revenu : je suis assise sur mon lit, je dois avoir 7 ans et je viens de finir de lire Oui-oui et la voiture jaune, mon premier livre lu toute seule ! (Dans mon souvenir d’enfant, il était énorme !). Je me suis dit : quand je serai grande, j’écrirai des livres. Souvenir qui s’est réveillé le moment venu et c’est mon burn-out qui m’a finalement poussée à me lancer : écrire pour guérir.

Que veux-tu dire à tes lecteurs ?

Osez vous lancer ! Quel que soit le domaine, honorez vos rêves d’enfant. Vous découvrirez des choses insoupçonnées. 

Comment t’organises-tu pour écrire ?

Pendant mon arrêt maladie, dès que j’avais une idée, je la notais, toujours dans l’idée d’écrire pour guérir. Au bout d’un an, j’ai tout écrit à l’ordinateur. Puis j’ai repris à temps plein, j’avais donc moins de temps. Mais j’écris régulièrement, par exemple des articles sur Linkedin ou des notes dans un calepin…J’aime me fixer des moments où je joue à l’écrivain, à l’artiste.

Quelles sont tes difficultés ? Comment les gères-tu ? 

Il n’est pas évident d’analyser sa propre qualité. Suis-je légitime ou non ? Mon cerveau était convalescent, j’avais perdu confiance en moi. C’est là que je me suis tournée vers le coaching de groupe de Cindy. L’échange a été un facteur important pour mener ce projet à bien.

Il faut accepter d’apprendre au fur et à mesure. Les choses se font quand c’est le moment.

Je n’ai pas trouvé d’éditeur. J’ai accepté que ne pas être publié ne remettait pas en question la qualité de mon travail. Je me suis donc tournée vers l’auto-édition, j’ai pu concrétiser mon projet simplement et à moindre coût.

Tes joies ? Tes découvertes ?

C’est une aventure incroyable. J’ai eu des retours fantastiques. Je n’ai pas écrit pour le vendre mais pour le plaisir et pour guérir, chaque achat est donc une belle surprise. 

Ce ne sont pas mes proches qui l’ont acheté en premier mais des gens, des femmes surtout, qui ne me connaissaient pas ou de loin. 

Que voudrais-tu dire à Cindy ?

Un grand merci ! Tu es arrivée au moment où il fallait, au moment où j’en avais besoin. Merci d’avoir créé ce groupe de coaching qui m’a permis d’aller au bout de mon projet.

Un message d’encouragement à ceux qui veulent écrire un livre ?

Ne restez pas seul, c’est la seule façon de passer outre le doute, de vous lancer. Seul, on s’interdit parfois des choses tandis que la dynamique de groupe est encourageante quand cela se passe dans la bienveillance.

Je garde au cœur un conseil de Cindy : “Le meilleur remède au doute, c’est l’action !”.

Toi aussi, écris et vends ton livre sans baisser les bras et sans te sentir seul(e) grâce au coaching auteur de Cindy Ghys. Tu peux la contacter grâce à ce formulaire : 👇 https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSdjXJIJNik3tQKWBt498U1hMOUCq2lC1a0r8lO7fXGmIgUY-w/viewform

Écrire et vendre son livre sans perdre de temps et sans se faire plumer :

Recevez dans votre boîte mail le Pack Auteur Express